• Le sida n’est pas une maladie contagieuse

    Le sida n’est pas une maladie contagieusePréambule : le préservatif est utile, il permet de se protéger des véritables MST, mais aussi de se passer des pilules contraceptives qui détériorent la santé des femmes. Mais pour le VIH.. n’y comptez pas on ne sait même pas s’il existe vraiment et le SIDA n’a peut être rien à voir avec l’existence d’un virus, tous comme le cancer d’ailleurs.

    Nous avons interrogé le SIDACTION sur la polémique soulevée par les propos du Professeur Montagnier, et sur ceux du Docteur Etienne de Harven et sur les nombreuses incohérences qui entourent historiquement la naissance du VIH qu’on accuse d’être responsable du SIDA. Voici notre courrier :

    Bonjour. Nous avons (internautes par millions) des doutes sur l’existence du virus qui cause le Sida. Après lecture de plusieurs livres sur le sujet, la vue de plusieurs interviews et documentaire dont celle de Montagnier dans House of Numbers paru en 2009. http://www.youtube.com/watch?v=bAPZnPuPuwc Montagnier dit clariement qu’en Afrique on ferait mieux de donner des nutriments, des mesures d’hygiènes pour lutter contre le stress et la dépression immunitaire. La liste des arguments qui vont à l’encontre de l’épidémie virale sont trop long pour être exposé ici et vous avez du les entendre déjà. Pouvez vous me donner votre point de vue ou développer une rubrique sur le site afin de répondre aux questions légitimes que de  plus en plus de gens se posent ?

    Voici maintenant la réponse que nous commentons en gras et en couleur.

    Monsieur, Merci de nous avoir fait part de vos interrogations. Nous avons connaissance du positionnement de M. E. De Harven, ainsi que des controverses qui sont alimentées par les différents négationnistes. Il est important de savoir que ces livres sont construits pour soutenir la théorie du complot, déjà vue pour d’autres thématiques (par exemple : l’homme n’aurait jamais marché sur la lune, ou l’holocauste n’aurait jamais eu lieu). Ils placent les populations en victimes d’une manipulation médiatique et politique. De plus ils exposent, pour le VIH, une grande accusation des homosexuels, toxicomanes et des personnes vivant en Afrique subsaharienne, mettant en cause leur « style de vie ». Nous vous invitons à être vigilent lors de la lecture des blogs dont vous parlez sur Internet. Les éléments suivant pourront apporter des réponses à vos questions.

     

    Ca démarre fort avec l’argument de base qui consiste à classer les sceptiques en adepte des théories du complot, on met dans un même sac tous le monde… si vous pensez que le VIH n’est peut être pas la cause du SIDA alors vous croyez que l’homme n’a jamais marché sur la lune que l’holocauste n’a pas eu lieu… Franchement ça vole très haut, et si je suis chauve c’est que je suis skined tant qu’on y est ? Remarquez tous les médias n’ayant pas d’arguments solide à faire valoir tente de clore le débat avec le mot qui tue : Theorie du complot….

    Les trois principales affirmations négationnistes sont :

    Le VIH n’existe pas et n’est pas la cause du sida.

    Le sida n’est pas une maladie contagieuse.

    Les antirétroviraux aggravent la santé des patients.

    Ces trois affirmations négationnistes se retrouvent dans plusieurs ouvrages, blogs… Les argumentations qui les soutiennent ne manque pas de contradictions, propos confus, fausses déclarations, interprétations des articles et reformulations erronées. Ceux qui les soutiennent mettent dans la bouche des scientifiques des propos raccourcis et de fausses affirmations.

    Et bien s’il y a tant d’erreurs que cela, pourquoi ne tentez vous pas d’y répondre, cela éteindra plus surement le doute qu’en levant les bras au ciel et en criant aux fous qui croient au complot.

    Il est important de savoir que les négationnistes ne sont pas reconnus par la communauté scientifique. Dans les revues scientifiques internationales, les données présentées sont expertisées par un comité indépendant avant publication. Vérifier la présence de publications récentes de personnes affirmant avoir des résultats scientifiques (douteux) est un bon moyen de savoir si ces personnes sont reconnues (véritables scientifiques).

    Alors là, cet argument ne tient pas, car les revues scientifiques et médicales sont soutenue financièrement par les laboratoires de l’industrie pharmaceutique. Les laboratoires de l’industrie pharmaceutique privée :

    financent à 83 % l’AFSAAPS, (rapport : IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales remis au Ministre de la Santé en Août 2007)

    financent à eux seul l’OMS à un niveau plus élevé que les 194 pays membre de l’OMS, 

    financent aussi les études scientifiques, rédigent les comptes rendu qu’ils fournissent ensuite à la commission AFSAAPS ou à l’UE. Les revues scientifiques en médecines sont au services de l’industrie big pharma qui à elle seule génère autant de profit que le pétrole. 

    financent les ONG chargées de la prévention et lutte contre le SIDA

    financent 100 % de  la formation continue des médecin qui une fois le diplôme en poche doivent se mettre à jour.

    On retrouve des personnes qui font des  va et vient de BIG PHARMA vers l’ONU, l’OMS,  un peu comme un infiltration de lobbying dans toutes les ONG

    Big pharma est présente à TOUS les échelons de la médecine… comme dit Coluche :  on est cerné.  La question est de savoir qui fabrique la communauté scientifique dont vous nous parler ?

    En Afrique du Sud, les thèses négationnistes ont fait d’énormes dégâts, c’est aujourd’hui le pays dans lequel on compte le plus grand nombre d’infections à VIH (avec une prévalence chez les femmes enceintes allant jusqu’à 30 %, vous pouvez aller voir les données de l’ONUSIDA de 2007).

    La encore, il faut tenir compte de la façon de comptabiliser les malades, car si vous êtes positifs en Afrique, il suffit parfois de se rendre en Australie ou en Angleterre pour d’un seul coup devenir séronégatif. En Afrique si vous avez une diarhée pendant une semaine, avec une grande fatigue, hop on vous classe comme malade du SIDA, on ne se pose pas la question de savoir quelle eau vous buvez, comment vous vivez, ce que vous mangez…  les chiffres des malades atteint du VIH sont une vaste escroquerie. Sans compter que les hopitaux en Afrique ne font pas des tests pour détecter les séropositifs, cela coûte trop cher. Voici une vidéo ou parle des responsables des tests de dépistage.

    -       Le VIH n’existe pas et n’est pas la cause du sida. Le VIH a été découvert et isolé en 1983. Cette découverte a été amplement vérifiée et confirmée depuis. Le VIH est un virus exogène (qui vient de l’extérieur) qui s’installe et se multiplie dans le corps et a un effet nocif (pathogène). Le VIH est directement détectable dans le sang des personnes infectées.

    Le VIH n’a été observé qu’en éprouvette de laboratoire sous stress artificiel et son apparition était endogène. Il n’existe à ce jour aucune image de ce virus observé au microscope électronique dans le sang de malade dont ont dit qu’ils ont une charge virale élevée.  De plus le VIH n’est pas un Virus exogène comme vous semblez le prétendre, mais un retrovirus, c’est une différence importante car nos ADN contient 1 % de retrovirus et ses retrovirus endogène (déjà en nous) peuvent dans certaines conditions déclencher des maladies… notamment comme celles qu’on retrouve dans le SIDA. Le professeur Montagnier lors d’une conférence en 2000, montre que le retrovirus du VIH s’extrait de la cellule malade, et c’est comme cela que Montagnier à identifié dans une éprouvette soumise au stress les premiers retrovirus VIH….. mais la question est alors, qu’est ce qui rend malade la cellule, pourquoi a t’on réussit à identifier ce retro virus en éprouvette, mais jamais chez l’homme ? Voici une vidéo qui rappel la formation endogène des retrovirus.

    Le sida n’est pas une maladie contagieuse L’absence de symptômes n’est pas une preuve d’absence d’infections. Les infections sexuellement transmissible (IST) ne se voient pas forcément (hépatite B, chlamydiæ, syphilis) et les conséquences à long terme peuvent être graves : cirrhose, cancer du foie, stérilité… Souvent, le seul moyen de savoir si on est contaminé par une IST est de se faire dépister. L’infection par le VIH est une maladie contagieuse, c’est une infection sexuellement transmissible. Les symptômes peuvent n’apparaître qu’après de longues années. Ce qui ferait du VIH le seul virus à se manifester après plusieurs années… étrange… Les liquides contaminants sont : le sang, le sperme, les secrétions vaginales de la femme, le liquide pré-séminal de l’homme (liquide transparent qui peut apparaître dès l’érection) et le lait maternel. Etant donnés les contextes de la transmission tous les individus : hommes, femmes et enfants, par la transmission mère-enfant, peuvent être concernés.

    Ah bon, pourquoi le SIDA est la première épidémies soit disant virale qui touchent plus les femmes que les hommes…. le virus est il sélectif. Pourquoi une épidémie touchent plus le tiers monde que l’occident ?

    -       Les antirétroviraux aggravent la santé des patients. Le VIH n’est pas un virus comme les autres car il s’attaque directement aux lymphocytes T CD4, chefs d’orchestre de notre système immunitaire. Ces cellules jouent un rôle central dans les mécanismes de défense de notre corps. L’infection par le VIH fragilise donc l’organisme et le rend sensible à des agents pathogènes auxquels il serait capable de résister s’il n’était pas infecté par le VIH. C’est justement parce que le VIH s’attaque directement aux défenses de l’organisme qu’il est difficile de le combattre. C’est un grand défi pour les chercheurs qui travaillent en immunologie et en virologie. Les traitements antirétroviraux (ARV), tout en étant des traitements lourds provoquant des effets indésirables importants, ont permis et continuent de permettre la survie de personnes séropositives. Avant 1996, année où les ARV ont été prescrits sous forme combinée : multithérapies, les personnes séropositives étaient destinées à une mort certaine. Aujourd’hui, grâce aux ARV, l’espérance de vie des personnes touchées par le VIH sous traitement s’est nettement améliorée. Pour votre information, le premier médicament anti rétrovirus vendu pour le SIDA était l’AZT, or ce médicament à été développer dans les années 60-70 dans le cadre d’un programme de lutte contre les cancer qu’avait voulue le président Nixon. Au moins, les millions engloutis dans ce projet ont pu être réinvestis… L’AZT fut inventé a une époque où l’on croyait que le cancer était provoqué par des rétrovirus dans les années 60. Puis considéré à l’époque comme un poison inadapté aux soins des humains, l’AZT fut jeté aux oubliettes. Le SIDA fut l’occasion de ressortir la molécule.  » L’AZT fait partie de la classe des analogues de nucléosides, molécules qui perturbent la constitution des brins d’ADN en cours de synthèse.

    Cette substance cytostatique empêche le processus de copie de l’ADN et bloque par conséquent la reproduction de toutes les cellules y compris celles du sytème immunitaire.Ce phénomène explique comment l’AZT, commes d’autres molécules du même acabit, aggrave l’immunodéficience au lieu de l’améliorer »   »Supercherie scientifique et arnaque humanitaire » de Jean-Claude Roussez.

    On sait aujourd’hui que l’administration de l’AZT chez des personnes séropositives a augmenté leur mortalité, ce qui permettait de renforcer l’hypothèse d’une épidémie de SIDA. Les nouveaux médicaments et l’arrêt de l’utilisation de l’AZT permettent ensuite de donner l’illusion que les nouveaux traitements sont efficace.

    Rappelons que pour le Professeur Montagnier, le mieux serait encore de donner une bonne alimentation, de l’eau potable, des prendre des mesures d’hygiène et diététique pour réduire le stress immunitaire. Le Professeur Montagnier, n’ose pas remettre en cause la théorie initiale, mais il reconnait que le SIDA à besoin d’autres facteurs de stress pour se développer.

    Et de cela toute la communauté scientifique est d’accord. Aussi, pourquoi l’action du SIDACTION ne pourrait elle pas servir à apporter des denrées alimentaires, installer des circuits d’eau potable, de retraitement des eaux usées….

    Cordialement, Sophie Lhuillier, PhD Chargée de la Communication Scientifique 228 rue du Faubourg Saint Martin 75010 Paris Tél : +33 (0)1 53 26 49 69 Fax :+33 (0)1 53 26 45 75 Mail:s.lhuillier@sidaction.org Site:http://www.sidaction.org

    Voici la réponse du site Sidaction à nos commentaires : Ils ont refusé que nous publions leur réponse et les remarques que nous y avons faites… vous l’image ci dessous…. Visiblement, ce n’est qu’une question d’opinion qui nous sépare… plus une question de science…. bon alors votons pour savoir si le VIH est bien la cause du SIDA ou si cela n’est pas la conséquence d’autres infections chroniques, de dénutrition, de stress oxydant  


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :